350 ans !

Sète va fêter son 350ème anniversaire. Une occasion de plus de faire la fête. A Sète, on aime les réjouissances. Aucune autre ville de 40 000 habitants ne peut se vanter d’en offrir tant. Mais Sète, c’est aussi une ville très commerçante, le premier port de pêche de Méditerranée et un port de commerce en plein développement. Et c’est une excellente idée d’avoir choisi comme invité d’honneur de la Saint-Louis 2016 le président du port Sud de France.
Cette vitalité constante de l’ile singulière est certes due à ses particularités géographiques et à ses 12 kilomètres de plage au sable fin mais aussi et surtout au dynamisme constant de ses habitants. Peu de villes de cette importance ont autant de sociétés, d’associations, d’amicales en tous genres. Le sétois aime se regrouper et activer ses passions.
Les historiens nous apprennent que ces caractères apparaissent dès sa fondation et son peuplement par les languedociens des alentours, puis par les vagues successives d’émigrants. La venue des italiens du Sud de la péninsule ne fit qu’accentuer le phénomène.
Sète, l’ile, certes toujours singulière mais aussi de plus en plus joyeuse et de plus en plus dynamique. Comment ne pas s’en féliciter ?

Bernard Barraillé

» autres éditos

Le 29 juillet Sète célèbre ses 350 ans


Il y a 350 ans, le chantier du Port de Sète est lancé, sur ordonnance de Louis XIV. Ainsi voit le jour une cité maritime ouverte sur le Monde.
Tout a commencé le jeudi 29 juillet 1666, par la pose d'une première pierre taillée dans la montagne d'Agde à l'emplacement du futur môle Saint-Louis. C'est en ce lieu symbolique des origines de la ville, par un temps superbe avec le port en arrière plan, que François Commeinhes, a dévoilé le programme des festivités prévues pour le vendredi 29 juillet 2016.
Le programme distille l’état d’esprit de Sète : bouillonnante, populaire, éclectique et imprévisible. Un hommage à cette aventure humaine et un écho à la mémoire collective qui façonne le quotidien. Une ville riche de son identité et résolument contemporaine. L'histoire, le patrimoine, les traditions constituent la trame de cette journée du 29 juillet  qui s'annonce comme un nouvel événement d'exception pour ces 350 ans de cette ville-port singulière si plurielle...

 » Echos / Sète

Ernst - Tanguy au musée Paul valéry

Le 24 juin, en présence du sénateur-maire de Sète, François Commeinhes, le musée Paul-Valéry a inauguré sa grande exposition d'été, Ernst–Tanguy /deux visions du surréalisme. Un vernissage qui a rassemblé un très nombreux public.
L’exposition qui réunit plus de 70 œuvres de provenance internationale, dont plus des 2/3 n’ont jamais été exposées au regard du public est consacrée à deux peintres majeurs du surréalisme : Max Ernst et Yves Tanguy, deux parcours à la fois parallèles et divergents.
Au sortir des horreurs de la grande  guerre, Max Ernst et Yves Tanguy ont partagé une même ambition, celle d’un monde moins étriqué, plus serein, plus ouvert. Ces deux grands artistes ont exposé ensemble de leur vivant. Depuis, aucune exposition ne les avait réunis : c'est désormais chose faite jusqu'au 6 novembre prochain, pour le plus grand plaisir du public...

Culture /Expos

Les récifs artificiels : bientôt un réseau européen?

Près de quarante ans après les premiers essais d'André Lubrano, sous l’impulsion des prud’homies de pêche, ce sont plus de 30.000 m3 de récifs artificiels qui ont été immergés sur l’ensemble du littoral avec le soutien notamment de la région Languedoc-Roussillon.

Les récifs, véritables habitats artificiels, jouent un rôle de nurserie à poissons et ils empêchent le chalutage dans la zone des 3 miles. Ils constituent donc de réels outils pouvant être à vocation halieutique, récréative, de restauration, ou même de compensation écologique pour pallier la perte de biodiversité ou la disparition d’habitats naturels face à la pression humaine.

Aujourd'hui un réseau transnational est envisagé pour la protection et la gestion du littoral de l'ensemble de la façade européenne de la Méditerranée...

» Environnement

"La cuisine de ma mère" par Michel Adgé.

Il y a quelques jours les amoureux de la gastronomie agathoise étaient conviés à une conférence sur des recettes locales . Ils étaient 33 à avoir répondu à cette invitation. Et c'est dans le petit jardin de la « salle du Chapitre » que cette démonstration s'est déroulée. Cette soirée, intitulée « Voix au Chapitre », était organisée dans le cadre de la valorisation du patrimoine agathois par l'association UBIK ART en collaboration avec la Mission Patrimoine d'Agde.
Le cuisinier invité ce soir là était Michel Adgé, jadis professeur de physique, un chercheur passionné (et passionnant) qui aime et défend le patrimoine agathois dans son ensemble (du Canal du Midi sur lequel il a écrit une thèse soutenue en 2011 en passant par la faune et la flore d'Agde et de sa région et sur bien d'autres thèmes encore)...

» Gastronomie

Montbazin au siècle dernier

Le Cercle de Recherches sur le Patrimoine Montbazinois nous informe de la parution du livre qu'il a réalisé : "Montbazin" aux éditions Sutton, collection Mémoire en Images.
Ce livre de 128 pages, richement illustré de photos et cartes postales anciennes, retrace la vie à Montbazin au XXème siècle. Une séance de présentation, avec projection et de vente du livre est organisée le samedi 18 juin, à 18h, chapelle Saint-Pierre de Montbazin. Le livre sera également en vente au café-tabac de la Vène, rue du jeu de ballon à Montbazin, dans les bonnes librairies, et sur le site de l'éditeur. Vue aérienne de Montbazin en 1960

» Patrimoine
Histoire de Montbazin

La boutique des producteurs à Mèze fait l'unanimité

J’ai le souvenir d’avoir écouté, sidéré, dans un documentaire, le discours d’un de ces méga-paysans fiers de leur énorme tracteur et de leurs champs à perte de vue, dénué d’arbre, de haie, d’oiseaux et d’âme, énumérer la liste impressionnante des poisons qu’il déversait régulièrement sur ses terres. Sur les précieux conseils de son fournisseur, il prenait soin de bien se protéger lors des épandages. Et précaution ultime, il se gardait bien de faire consommer ses produits à sa famille. Sa production vendue en gros allait empoisonner d’autres consommateurs ignorant les modes de culture.
Peut-être révoltés par un tel comportement, sans doute pas isolé, certains paysans, fiers de leurs produits, ont eu l’idée de les proposer eux-mêmes à la vente, et de se regrouper. Ainsi sont nés les magasins de producteurs qui privilégient la qualité et la fraîcheur par le circuit court...

» Bons plans

Aux sources de l’appellation d’origine contrôlée

Pomologie française mid 1800's Smithsonian Libraries Biodiversity Heritage Library - copie

Un lent cheminement à travers les siècles. L’exemple du muscat de Frontignan.
La création du Comité National des Appellations d’Origine, en 1935, avalise la singularité de vins, d’usages et d’histoires. Elle donne naissance en 1936 à une salve d’AOC dont l’appellation d’origine muscat de frontignan. La célébration de ses 80 ans prête à se pencher sur la lente maturation d’une idée. Le cheminement vers la reconnaissance de pratiques d’excellence court à travers les siècles, s’incruste dans les mentalités, s’immisce, ici dans les privilèges des villes médiévales, là dans des comportements protectionnistes...

» Terroirs / Vigne

La cueillette des olives Lucques

Près de Bessan, sur le domaine de Roquessol, qui signifie « Pierre au soleil », appartenant à la famille Jougla, c'est le temps de la récolte des olives Lucques.
Le domaine de Roquessol, c'est le domaine d'où est partie l'aventure de cette famille. A l'origine on y faisait de la production maraîchère. Suite à de graves ennuis de santé Michel Jougla s'est réorienté vers la production d'olives de bouche mais aussi tout naturellement d'huile d'olive.
Sur les 11 hectares du domaine poussent 2.500 oliviers de la variété Lucques. Ils ont été plantés en 1996. La première récolte a eu lieu en 2001, pour seulement quelques centaines de kilos  Mais symboliquement un grand pas était franchi car c'était la première récolte.
En 2010, le fils, Mathieu, a pris la direction de l'exploitation. Il organise surtout la fabrication de l'huile et la préparation des olives de table. Michel Jougla continue lui à gérer la partie entretien des oliviers et la récolte ou plutôt les récoltes. Nous le retrouvons aujourd'hui dans...

» Terroirs / Oléiculture

Pêche à la palangre

Sortie sur l'étang de Thau avec la famille Cartier, Charles surnommé « Charlou », le père et Frédéric, son fils.
Départ des berges de l'étang avant le lever du soleil pour aller relever les lignes immergées près des tables conchylicoles, en face de Mèze. Frédéric est au moteur et aux rames.
« Charlou » à l'avant du barquet a vite repéré le début de la ligne accrochée à un pieu de l'une des tables d'élevage. Il remonte peu à peu la ligne de fond qui sort progressivement de l'eau
Certains hameçons sont parvenus à capturer des poissons ou des anguilles. Le but de la journée étant de capturer des loups (ou bars) même si au final, en fin de matinée, la quantité d'anguilles pêchées sera supérieure à celle des loups. Au grand désespoir de notre pêcheur mézois.
Charles Cartier est issu d'une famille de pêcheurs. Il perpétue cette tradition avec l'aide de son fils Frédéric.
En plus de pratiquer cette forme de pêche, il pose des capéchades et travaille sur...

»  Terroirs
Pêche

Le théâtre Molière, côté scène et côté coulisses

2L'Office de Tourisme de Sète organise, durant la saison théâtrale, une visite guidée des lieux. Inauguré en 1904, ce théâtre municipal à l'italienne, sur le modèle vénitien, offre aux Sétois le luxe feutré d'une salle de 1 000 places. Devenu Scène Nationale en 1994, il est depuis investi de missions de diffusion et de production de spectacles pluridisciplinaires accessibles à tous, sous la direction d'Yvon Tranchant.
Invitation au voyage dans le temps et dans sa vie propre, le Théâtre Molière se laisse approcher par sa façade massive en pierre de Beaucaire, sculptée à la gloire de la Tragédie et de la Comédie. Dans les pas de Danielle ou Lisa, les guides-conférencières, le parcours réserve des accès exclusifs, permis par la rénovation complète des lieux entre 2011 et 2013. Murs, sols mosaïqués, décors, fauteuils, escalier de marbre à double portée, coupole, rien n'a été délaissé dans ce vaste chantier. La brillance des ors, des peintures et du lustre de cristal...

» Patrimoine / Architecture

Bilan des députés de l'Hérault

Le vrai patron est celui qui paye. En l'occurrence, c'est nous, les contribuables, qui payons nos députés par nos nombreuses taxes et nos divers impôts. Nous avons donc tout intérêt à savoir si nos employés travaillent bien, voire à vérifier qu'ils sont utiles. Le jugement sur le travail fourni par les employés doit être basé sur des données concrètes, objectives et tangibles. C'est l'objet de ce présent article, au-delà de toute considération politique.
Sur les 9 députés que compte l'Hérault, seuls 4 d'entre eux sont en accord avec le principe du non cumul des mandats : Mmes Dombre-Coste et Le Dain et MM. Denaja et Roumegas. Les 5 autres...

» Echos

Comme Thau-info, l'abonnement à l'infolettre est gratuit !
Facebook

Suivez-nous !

Twitter

Suivez-nous !